samedi 6 septembre 2008

A quoi bon la Straight Pride ?

Evidemment, ce concept était loin d’être consensuel, même au sein de la communauté hétérosexuelle. Deux arguments étaient ordinairement opposés aux promoteurs du mouvement. Le premier pouvait être formulé ainsi : la Straight Pride est inutile. Les personnes hétérosexuelles n’étant nullement discriminées en tant que telles, quel besoin aurait-elles d’organiser des manifestations pour défendre leurs droits ? En réalité, la Straight Pride, n’est-ce pas tous les jours ? L’hétérosexualité est célébrée sans cesse, à la télé, dans les magazines, dans les publicités, etc. Alors, à quoi bon organiser ces manifestations superfétatoires ? A ces objections, les supporters de la Straight Pride répondaient souvent en affirmant que tout un chacun a le droit d’afficher son identité publiquement. Pourquoi les personnes discriminées seraient-elles les seules à pouvoir exprimer leur fierté d’être ce qu’elles sont ? On peut être hétérosexuel, fier de l’être, et le dire haut et fort. En quoi cela devait-il gêner qui que ce fût ?

L’autre argument consistait à dire non pas que la Straight Pride est inutile, mais qu’elle est nuisible. Elle ne serait rien d’autre qu’une stratégie nouvelle, plus subtile, et plus pernicieuse que celles d’autrefois, paradigme vicieux destiné non seulement à euphémiser les rapports de domination homos-hétéros (« nous ne faisons qu’exprimer notre fierté d’être hétérosexuels »), mais même à inverser dans les esprits la réalité de ce rapport (« en fait, les vraies victimes, c’est nous, les hétérosexuels, menacés que nous sommes par les homosexuels »). En d’autres termes, la Straight Pride serait au mouvement gai et lesbien ce que la Suprématie blanche est au mouvement noir aux Etats-Unis.

4 commentaires:

Lavignotte a dit…

Je suis outré que l'on puisse organiser des marches pour célébrer l'hétérosexualité : c'est une abomination qui est clairement condamnée par la Bible. Comme l'écrit Paul en 1 Corinthien 7,1 : "Votre corps est le sanctuaire de l'esprit saint qui est en vous et que vous tenez pour Dieu ; vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes, car vous avez été achetés à un prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps. Pour ce qui concerne que ce que vous avez écrit, il est bien pour l'homme de ne pas toucher de femme".
L'hétérosexualité est un douloureux problème mais notre Seigneur Jésus-Christ nous promet que pour ceux qui sont tourmentés par cette tentation, qui n'ont pas su y resister, ils pourront être sauvés dans l'autre monde : "Dans ce monde-ci, les hommes et les femmes se marient, mais ceux qui ont été jugés dignes d'accéder à ce monde-là et à la resurection d'entre les morts ne prennent ni femme ni mari. Ils ne peuvent non plus mourir, parce qu'ils sont semblables à des anges et qu'ils sont fils de Dieu étant fils de la résurrection" (Luc 20, 34-37).
La rencontre avec notre Seigneur Jésus peut permettre de se soigner de l'hétérosexualité. Mais organiser des "straight pride", c'est se montrer rebelle et risquer l'enfer !
Pasteur Stéphane Lagrandevigne

Louis-Georges Tin et Teknad a dit…

Ce propos spirituel prête à sourire, et pourrait être pris au second degré, mais en fait, il est exact au sens le plus strict du terme. En effet, la tradition chrétienne est en réalité peu favorable à l’hétérosexualité. Nous avons du reste prévu quelques articles à ce sujet dans quelques semaines, et une bonne partie du livre à paraître, L’Invention de la culture hétérosexuelle, porte justement sur les résistances de l’Eglise face à la culture hétérosexuelle. Merci donc de votre remarque on ne peut plus pertinente !

BM a dit…

Ma remarque sera moins erudite...
Il me semble que la straight pride participe d'un mouvement dans lequel des elements extremistes de la majorite (toujours bien-pensante...) se veulent inconsciemment et quasi-volontairement les victimes de telle ou telle minorite.
Des lors, ils s'emparent de tel ou tel element de leur identite, qui n'est absolument pas menace, et veulent s'imaginer qu'il est menace par telle ou telle minorite.
N'oublions pas que le Ku Klux Klan se voyait et se voit toujours comme une victime.
La straight pride est des lors une mise en scene victimaire, qui leur permet d'attaquer en setant au prealable donne bonne conscience.

Louis-Georges Tin et Teknad a dit…

Le rapprochement que vous faites entre la Straight Pride et le Ku Klux Klan nous paraît tout à fait opportun, et ce sentiment victimaire des éléments extrémistes de la majorité est tout à fait exact. Nous publions d´ailleurs un petit article à ce sujet, qui paraîtra dans quelques minutes...